Bienvenue !

              Le saint monastère de la Dormition de la Mère de Dieu, fondé en 1978, et érigé canoniquement en 1982, se place sous l’omophore de la Métropole Grec-Orthodoxe de France, dépendante du Patriarcat Œcuménique de Constantinople. Sis dans le département des Hautes-Alpes, sur un plateau désertique entouré de montagnes, notre monastère, érigé en cénobion, compte une dizaine de moines, animés par le même désir de vivre l’Évangile selon la Tradition spirituelle orthodoxe.

Nos journées sont rythmées par la prière, personnelle et commune, la lecture méditative et le travail. Toutes ces activités allient la vie communautaire à une vie de solitude concrète, indispensable pour vivre le grand mystère de notre rencontre avec le Christ. Comme le disait saint Dorothée de Gaza : « La moitié de la vie du moine consiste à garder la cellule et l’autre moitié à rencontrer ses frères. » La communauté se réunit plusieurs fois par jour pour célébrer les offices monastiques ainsi que la Divine Liturgie, quatre fois par semaine.

La vie monastique faisant partie intégrante de l’Église, et en étant même le cœur, notre communauté s’efforce d’offrir un rayonnement modeste mais réel, par l’accueil d’hôtes qui partagent, le temps d’un séjour, notre vie quotidienne et qui peuvent profiter du silence, de la prière et de la Tradition vécue de l’Église. En quittant le monde, le moine pénètre au cœur du monde et y témoigne de la Résurrection. Il attend, vigilant, le retour de son Seigneur. Apôtre, martyr et prophète, le moine tend vers le Royaume, déjà présent parmi nous mais qui s’accomplira pleinement dans la vie éternelle.

La Bonne Nouvelle que le Christ est venu apporter aux hommes n’est-elle pas cette certitude inébranlable que la mort est vaincue ? Vaincue par la Vie jaillissante du tombeau du Ressuscité à l’aube du troisième jour.

« Et l’Esprit et l’épouse disent : Viens. Et que celui qui entend dise : Viens. Et que celui qui a soif vienne ; que celui qui veut, prenne de l’eau de la vie, gratuitement. »  (Apocalypse 22:17)

+ L’higoumène du saint monastère

« Est moine celui
qui n’a de regards que pour Dieu seul,
de désirs que pour Dieu seul,
d’application qu’à Dieu seul
et qui, en paix avec Dieu,
devient cause de paix pour les autres. »

Saint Théodore Studite

Corona Virus

Chers frères et sœurs en Christ, fidèles de notre monastère,

Comme vous le savez, la nouvelle épidémie du Coronavirus est la cause d’une grande épreuve pour le monde et notre pays. Vous connaissez tous les mesures prises par les gouvernements des pays touchés et en particulier la France. Ces mesures, sages et indispensables se doivent d’être respectées afin de participer à la jugulation de l’épidémie.

Les Eglises orthodoxes des différentes juridictions ont suivis ces mesures et ont ainsi demandé la fermeture des paroisses et la suspension des offices religieux ouverts au public.

Les conséquences de ce virus sont déjà concrètes : décès, malades, crise économique ; et puis ce qui nous touche particulièrement : le fait de ne plus pouvoir nous rendre dans les églises et d’accéder aux saints Mystères, en particulier en ce temps béni du saint Carême.

Cependant << mes frères, regardez comme un sujet de joie complète les diverses épreuves auxquelles vous pouvez être exposés >> nous dit saint Jacques dans son épitre car, ajoute-t-il << sachant que l’épreuve de votre foi produit la patience. Mais il faut que la patience accomplisse parfaitement son œuvre, afin que vous soyez parfaits et accomplis, sans faillir en rien. >>

Telles doivent être nos dispositions intérieures devant cette épreuve permise par Dieu et y voir une invitation au repentir, à la conversion. En tant que chrétiens orthodoxes, nous devons témoigner de notre foi, surtout en ces moments difficiles et être des exemples de foi, d’espérance et de charité. De foi, en gardant intacte notre confiance dans le Christ vainqueur de la mort. D’espérance, en témoignant au monde que Dieu ne veut pas la mort des pécheurs mais qu’ils se convertissent et qu’ils vivent. De charité, en mettant en pratique l’Evangile qui nous invite à visiter les malades et les personnes seules, si nous en avons l’occasion et les capacités. En respectant les mesures que les autorités ont imposées, à condition que celles-ci ne s’opposent pas à notre foi et à sa mise en pratique, sachant comme l’enseigne saint Paul qu’<< il n’y a point d’autorité qui ne vienne de Dieu, et les autorités qui existent ont été instituées par Dieu >> ceci afin de permettre une plus efficace lutte contre l’épidémie et de ne pas favoriser son développement. Mais aussi et peut-être surtout en priant le Seigneur de sauver son peuple, en priant pour les malades, les soignants, et tous ceux qui souffrent de cette situation.

Même si la plupart des fidèles ne peuvent plus se rendre dans les églises, même si les paroisses sont fermées, la prière de l’Eglise ne s’interrompt jamais, parce qu’un fidèle qui prie seul dans la pièce la plus retirée de sa maison, prie pour l’Eglise et dans l’Eglise. Parce que dans les saints monastères, la vie liturgique continue, le saint Sacrifice continue d’y être offert pour la vie et le salut du monde. Et les fidèles, même s’ils ne peuvent être présents physiquement, le sont mystiquement et reçoivent la bénédiction divine.

A chaque Liturgie le prêtre fait mémoire des noms des fidèles vivants et défunts et dépose pour chacun une parcelle sur la sainte patène qui sera ensuite déposée sur le saint autel et versée dans le saint calice, pour justement montrer que nous sommes tous un dans le Corps du Christ ; et Dieu permettra surement que tous nous puissions nous retrouver pour célébrer la Passion et la Résurrection de notre Dieu et Sauveur Jésus-Christ.

Que chacun profite donc de cette période pour vaquer à la prière, à la lecture spirituelle et la solitude en présence du Christ. Pensons à nos frères et sœurs qui vivent ces conditions d’une manière permanente à cause des guerres et des persécutions, et ce aujourd’hui même.

Rappelons que tout fidèle peut lire les offices quotidiens, il serait profitable aussi de boire chaque jour à jeun de l’eau bénite. Cela bien sûr ne remplace par la sainte Communion mais en cas d’impossibilité d’accéder aux saints mystères il est bon d’agir ainsi.

Comme précisé plus haut, les monastères poursuivent comme d’habitude leur cycle liturgique, il en va de même pour notre monastère qui restera cependant fermé au public quelques temps, et ce pour préserver la communauté.

Il nous reste à vous souhaiter de mener le bon combat, de garder intègre la foi, d’achever la course du jeûne dans la joie et avec une confiance inébranlable en la miséricorde de notre Dieu.

Avec la prière des Pères du monastère pour chacun de vous.

L’higoumène du monastère. Le Hiéromoine Silouane.

Calendrier Liturgique

 Monastère :

Le Dimanche 29 Mars

– 4ème de Carême – De st Jean-Climaque

Vêpres le samedi à 17h30

Matines à 8h & Divine Liturgie vers 10h

Le Saint et Grand Carême commence le Lundi 2 mars.

Pendant tout le Grand Carême, la Liturgie des Présanctifiés sera célébrée les mercredi et vendredi à 13h.

Chapelle St-Cassien – Métochion du monastère :

 – Manosque, 9 rue d’Aubette –

Nous sommes heureux d’accueillir régulièrement des chrétiens non-orthodoxes. Cependant, selon la doctrine des Pères de l’Église, qui est celle de l’Église orthodoxe, nous ne pouvons donner la communion eucharistique qu’aux fidèles de l’Église orthodoxe qui s’y sont préparés.

Ainsi nous devons respecter cette discipline qui est fondée sur la nature des choses et sur la Tradition de notre Église. Mais, encore une fois, nous accueillons chacun avec grande joie dans la charité fraternelle.